Carmel d’Angers

Où nous trouver

Carmel de l’Incarnation et de la Sainte Famille
39 rue lionnaise 49100 Angers
Tél. : 02 41 87 72 35
Site Web : www.diocese49.org/carmelites
Email : carmel.angers@wanadoo.fr

Horaires des offices : cliquez ici

Quelques groupes en liens avec notre communauté :

Quelques groupes se réunissent chez nous pour approfondir leur foi et vivre de la spiritualité du Carmel :

  • L’Ordre Séculier : des laïcs qui veulent cultiver l’amitié avec le Christ dont ils se savent aimés, pour le service de l’Église. Sous la protection de Notre Dame du Mont Carmel, selon l’enseignement de sainte Thérèse d’Avila et de saint Jean de la Croix, dans la tradition du prophète Elie, les laïcs du Carmel cherchent à approfondir l’engagement chrétien de leur baptême au moyen de la vie de prière centrée sur l’oraison et vivifiée par l’entraide fraternelle.
  • Groupe de lecture des œuvres de sainte Thérèse d’Avila : animé par une sœur de la Providence de la Pommeraye, de spiritualité carmélitaine, ce groupe se réunit depuis 2015 pour découvrir les textes de la réformatrice du Carmel.
  • Groupe d’enfants de 6 à 11 ans : animé par deux laïques de l’Ordre Séculier. Quatre fois par an, les enfants se préparent, avec les saints du Carmel,  aux grands temps forts de l’année liturgique. Chaque fois ils rencontrent une carmélite. Un temps d’initiation à la prière silencieuse clôt les rencontres.
  • Durant le carême 2019, une école d’oraison sera proposée à tous ceux qui veulent venir apprendre à prier à la manière carmélitaine. Un frère carme lira avec nous le livre des  Demeures de sainte Thérèse d’Avila pour nous faire découvrir le chemin qu’elle propose.

 

Bref historique :

1626 : les carmélites arrivent  à Angers. Quelques années plus tard, en 1638, elles s’installent rue Lionnaise où elles construisent le monastère. Ce sera le 38ème Carmel de France.

1792 : les sœurs sont expulsées et se dispersent dans leurs familles ou chez des amis. Les bâtiments deviennent « biens nationaux » et servent successivement d’orphelinat, de prison, puis d’hôpital des incurables. 

1850 : quelques carmélites de Cahors refondent le Carmel à Angers. En 1855, elles peuvent racheter  les bâtiments. Nous avons donc la joie d’habiter dans ces murs plusieurs fois séculaires, ce qui est un rare privilège dans le Carmel de France. Toutes les sœurs qui ont vécu avant la Révolution française sont enterrées sous les cloîtres.

1944 : un bombardement, rue Lionnaise, détruit la chapelle. Elle sera reconstruite en 1952 puis réaménagée en 2009.

Aujourd’hui, la communauté compte 16 sœurs. Elle accueille volontiers ceux qui désirent se joindre à sa prière ou prendre un temps de silence et de retrait.

Un Carmel au cœur d’un diocèse et d’une ville :

Si la journée d’une carmélite à Angers ressemble fort à celle de toute carmélite, avec, au cœur, l’oraison silencieuse, elle se caractérise par quelques notes spécifiques :

  • Au cœur de l’Église : par notre travail. Nous fabriquons des hosties pour le diocèse d’Angers et, plus largement, pour bien des paroisses de diocèses environnants. Ce travail manuel nous permet de chercher Dieu dans la solitude et le silence tout au long de la journée. Il favorise l’intériorité et l’oraison continuelle. Il établit aussi un lien habituel avec les paroisses, ce qui nourrit notre prière pour tous ceux qui ont une responsabilité dans l’Église et spécialement pour les prêtres. Sainte Thérèse d’Avila n’a-t-elle pas donné aux carmélites la mission particulière de prier pour les prêtres et ceux qui annoncent le Christ ?
  • Au cœur du diocèse d’Angers : notre insertion au cœur du diocèse se fait aussi par le lien fort que nous avons avec notre paroisse. Selon le mode de notre vie de carmélites, c’est-à-dire par la prière, nous participons aux grands événements paroissiaux. Le mardi est une journée particulièrement consacrée à prier pour la paroisse, dont un des prêtres vient ce jour-là célébrer l’Eucharistie au Carmel. Nous sommes, de plus, marraines du groupe Foi et Lumière, avec lequel nous partageons un après-midi chaque année. L’Équipe d’Animation Paroissiale vient chez nous pour son bilan de fin d’année et un temps de partage nous permet de suivre l’évolution de chaque commission paroissiale. 
  • Au cœur de la ville : communauté insérée en ville, dans un quartier habité par de nombreux étudiants, nous sommes là, comme des veilleuses, présentant à Dieu la vie de chacun, les activités bouillonnantes d’une ville du XXIème siècle, avec ses développements heureux mais aussi ses soucis de chômage, de pauvreté, de préservation de l’environnement… Beaucoup aiment venir prier avec nous ou simplement passer un temps dans notre chapelle pour reprendre souffle ou confier à Dieu leur vie quotidienne. 

© Fédération des Carmélites France-Sud 2019 - Admin